SEGAKORE ArticlesLiensGalerie
« Belle collection Sonic à vendreTech Demo de Sonic X-Treme ! »

La véritable Histoire de SEGA

27.07.2007

La véritable Histoire de SEGA

Pages: 1·

SEGA, c'est le meilleur de l'arcade et le plus répandu au monde, c'est aussi un éditeur de jeux vidéo de salon dont le talent est indéniable malgré le succès mitigé de certaines de ses consoles et enfin SEGA C'EST PLUS FORT QUE TOI.

Voici donc la formidable histoire de ce géant du jeu vidéo et du divertissement !

 

Sommaire

Page 1 :

Introduction

Page 1 :

Années 1940 : La pré-histoire

Page 1 :

Années 1950 : deux étincelles

Page 1 :

Années 1960 : la naissance

Page 2 :

Années 1970 : les premiers jeux vidéo

Page 2 :

Années 1980 : Âge d'or de l'Arcade et débuts sur console

Page 2 :

Années 1990 : l'ivresse du succès

Page 2 :

Années 2000 : chute et résistance

Page 2 :

Années 2010 : la fin ?

Page 2 :

Sources

 

Introduction

Sonic the HedgehogCet article se veut une révision complète, la plus proche possible de la vérité, de l'histoire de SEGA, contrairement à l'ancien article, qui n'était qu'une simple traduction libre de l'histoire proposée par le site System16 (un des plus anciens articles trouvables à ce propos sur Internet), et comportant malheureusement beaucoup d'erreurs, en plus d'être relativement succinct, comme en définitive, la plupart des articles sur l'histoire du géant bleu, aussi bien sur Internet, que dans la presse.

 Il faut savoir avant tout que la rédaction de cet article a été une tache assez difficile, puisqu'il est quasi impossible de trouver des sources suffisamment fiables, précises et détaillées.
Si les sources "officielles" se contredisent elles-mêmes, il est d'autant plus impensable de faire confiance aux diverses sources amateures sur Internet, qui ont tendance à se copier les unes sur les autres, sans pour autant reproduire le même son de cloche (on pourrait presque parler de
téléphone arabe !).

 Un gros travail de recherche et de recoupage d'informations a donc été nécessaire en vue de sortir de tout cet amas d'informations et d'intox, une histoire "normalement" très proche de la vérité !
La plupart des noms de personnes, sociétés, ou jeux, rencontrés en japonais sur Internet ou dans la presse, comportent ci-dessous leur transcription japonaise, pour faciliter d'éventuelles recherches. A noter que les noms de personnes d'origine japonaise, sont toujours donnés dans ce cas dans l'ordre nom-prénom.


Si tout démarre réellement en 1951, il convient de remonter à 1940 pour aborder un peu le background de certains des acteurs principaux dans cette aventure...

Années 1940 : la pré-histoire

1940 - La société Standard Games est fondée par 3 Américains, Martin "Marty" Bromley, son père Irving Bromberg, et James Humpert, à Honolulu, capitale de Hawaï (une île au large de la côte Ouest américaine). Son activité réside dans la distribution de machines de divertissement (notamment des jukebox) dans les bases militaires américaines.

Années 1950 : deux étincelles

1950 - La guerre de Corée (1950 - 1953) éclate, des soldats américains sont envoyés en nombre sur place et dans les environs, notamment dans des bases militaires situées au Japon, ce pays étant inclus dans le périmètre de défense américain depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

1951 - Deux Américains, Raymond J. "Ray" Lemaire et Richard D. "Dick" Stewart, fondent la société Lemaire & Stewart (レメーヤー&スチュアート) au Japon. Cette société, dont Stewart est Président, est spécialisée dans l'importation, la distribution, et la maintenance de jukebox, dans les bases militaires américaines sur le sol japonais. Elle est notamment en affaires avec la société Standard Games, pour l'importation de jukebox.

Jukebox Seeburg HF100G (1953)
  D'après les dires de Marty Bromley, Ray Lemaire et Dick Stewart auraient tous deux rejoint sa société en 1945, avant de partir fonder leur propre société au Japon en 1951.

1952 - Fin 1951, face à une demande énorme et une opportunité à saisir sur le marché du divertissement au Japon, Marty Bromley décide d'y déménager son activité et rejoint Lemaire & Stewart, pour créer une filiale de celle-ci nommée Service Games (enregistrement en Mai 1952)(!), en vue de diversifier l'activité de cette première, avec l'importation de machines à sous ("coin-op" en anglais) diverses, telles que des flippers.

1954 - La société Lemaire & Stewart change de nom et devient Service Games (サービスゲームズ).
La même année, David E. Rosen, un Américain installé au Japon après la guerre de Corée, fonde Rosen Enterprises (
ローゼン エンタープライゼス), une société dont l'activité principale est l'importation de photomatons (cabines photos instantanées), qu'elle distribue sous la marque Photorama / Nifun Shashin (二分写真), littéralement "photo en 2 minutes".

David Rosen (zoom)
  Après avoir passé 3 années au Japon (1949 - 1952) en tant que soldat américain mobilisé pendant la guerre de Corée, David Rosen tombe amoureux de ce pays et s'y installe.
1956 - Les affaires sont bonnes pour David Rosen, aussi décide-t-il d'étendre son business à l'importation de machines à sous diverses ; essentiellement des jeux de tir, dont Bear Gun pour le plus connu, un jeu originalement produit par la société américaine Seeburg (un des plus gros fabricants de jukebox aux USA) sous le nom Shoot the Bear (1947 - 1949).
Véritable rayon de soleil dans la vie morose d'après-guerre des Japonais, ces jeux deviennent rapidement populaires et propulsent Rosen comme leader incontournable dans le secteur du divertissement.

Shoot the Bear
  Rosen rachetait des jeux dont la production s'était arrêtée depuis plusieurs années aux USA, pour une somme dérisoire et les revendait plus cher aux Japonais, qui eux n'avaient  jamais rien vu de tel !
1957 - Service Games souhaite étendre son activité et toucher le marché civil japonais, ne plus se cantonnant plus aux bases militaires, et change sensiblement de nom en devenant Service Games Japan (サービスゲームズ・ジャパン).
En interne, les employés japonais prennent l'habitude d'utiliser la contraction "SEGA" pour désigner "SErvice GAmes" ; une contraction qu'ils utilisent notamment sur les emballages...

Les voitures de la société avec le logo Service Games
  Les Japonais sont très friands de contractions, appelées wasei-eigo (和製英語), et faites à partir de mots étrangers transcrits dans leur langue, plus pratiques à prononcer pour eux.

Années 1960 : la naissance

1960 - Service Games Japan désire produire ses propres machines et se divise en 2 divisions distinctes, avec des noms japonais : la division business, nommée Nihon Goraku Bussan (日本娯楽物産), avec Richard Stewart à sa tête, et la division production, nommée Nihon Kikai Seizô (日本機械製造), avec Raymond Lemaire à sa tête.

Les débuts de la société en tant que constructeur marquent un tournant dans son histoire, et font que 1960 (le 3 Juin pour être exact) sera retenue par la suite comme l'année de naissance officielle de la société qu'on connaît aujourd'hui.

Jukebox stéréo SEGA-1000
  La division production est plus ou moins toujours restée dans l'ombre de la division business. On les trouve aussi respectivement sous les noms de Nippon Kikai Seizo et Nippon Goraku Bussan, littéralement "Fabrique de machines japonaise" et "Produits de divertissement japonais".

1962 - Si le jukebox reste leur produit phare, c'est en 1962 que le premier jukebox domestique produit au Japon, le SEGA-1000, sort des usines de la Nihon Goraku Bussan, sous la marque "SEGA"(!), en référence à la contraction précédemment mentionnée.

Cette année est aussi marquée par la première édition de l'Amusement Machine Show, un festival dédié à l'amusement et au divertissement, se déroulant au Japon chaque année.

1964 - Les 2 divisions, Nihon Goraku Bussan et Nihon Kikai Seizô, fusionnent pour de nouveau former qu'une seule entité, conservant cependant le nom japonais de Nihon Goraku Bussan, associé à Service Games Japan, renforçant ainsi l'aspect "concepteur", plutôt que "distributeur", de machines de divertissement(!).

Photo des locaux de l'époque : on peut lire sur l'enseigne "SEGA, Game Machine, Jukebox" (zoom)

 

1965 - Nihon Goraku Bussan et Rosen Enterprises unissent leurs forces, pour créer Sega Enterprises, Ltd (セガ・エンタープライゼス)(?), une société destinée à devenir un grand acteur dans le secteur du divertissement au Japon, ainsi qu'à l'étranger, avec à sa tête David Rosen.
Cette nouvelle société est basée à Haneda, dans la banlieue proche de Tôkyô (arrondissement d'
Ôta), aux abords de l'aéroport international de Tôkyô-Haneda, un emplacement qui s'avère stratégique.

Le logo de la marque en place depuis 1962, est quant à lui préservé et devient alors l'estampe officielle de Sega Enterprises, Ltd.

Premier logo
  Selon certaines sources, il s'agirait plutôt d'une absorption par Rosen, d'un de ses deux principaux concurrents avec Taito, en vue notamment d'acquérir leur usine. Mais il est toujours plus digne de parler de fusion.

Skill Diga
SEGA met sur le marché Skill Diga (スキルディガ), considéré comme un ancêtre des futurs jeux de grue, "crane game" en anglais (クレーンゲーム), comme les fameux UFO Catcher, dans lesquels le joueur voit sa dextérité mise à l'épreuve en vue d'attraper un prix !
1966 - SEGA produit son premier jeu d'arcade, Periscope (ペリスコープ)(?), un jeu électro-mécanique dans lequel on tire des torpilles depuis le périscope d'un sous-marin, pour détruire des navires ennemis.
Proposant divers effets visuels et sonores, le succès est immédiat et il est exporté dans le monde entier ; aux USA, il est le premier jeu à demander 25 cents pour une partie, ce qui deviendra le prix de référence dans le domaine.

Periscope (side / front / inside)
  Ce jeu se classe dans la catégorie EM Games ou EreMeka (エレメカ, pour "Electro-Mechanical"), respectivement aux USA, ou au Japon.

1968 - La société de distribution de jeux d'arcade, Esco Trading (エスコ貿易, "Esco Boueki"), est fondée par le Japonais Hayao Nakayama (中山隼雄), et compte SEGA parmi ses principaux fournisseurs.

1969 - Après plusieurs mois de négociations, suite à l'intérêt suscité par le succès de Periscope, Rosen accepte de vendre Sega Enterprises au conglomérat américain Gulf and Western Industries Inc. (aussi détenteur de Paramount Pictures), mais maintient sa place en tant que Président/CEO ("Chief Executive Officer") au sein de la société.

Logo de Paramount Pictures

Années 1970 : les premiers jeux vidéo

1972 - Une année mémorable, souvent considérée comme celle qui a vu la "naissance du Jeu Vidéo", avec l'arrivée de Pong en arcade, et surtout l'arrivée de la première console, l'Odyssey de Magnavox !

Dans la série des "EM Games" se rapprochant justement de plus en plus des jeux vidéo, on note la production de Sea Devil (シーデビル) et Killer Shark (キラーシャーク)(?), deux jeux SEGA de tir sous-marin très proches, où il faut respectivement chasser le "diable de mer" (raie manta) ou le requin tueur !

Killer Shark
(side / front / film)

Sea Devil (front)
  Killer Shark est connu pour faire une apparition remarquée dans le film culte JAWS, connu en France sous le nom Les dents de la mer, de Steven Speilberg en 1975 !
1973 - SEGA se lance à son tour dans la production de jeux vidéo en arcade, avec son premier titre, Pong-Tron (ポントロン), un clone, comme son nom l'indique, du fameux jeu de tennis Pong, sorti l'année d'avant en arcade chez l'américain Atari. Il est rapidement suivi de Pong-Tron II, permettant à 2 joueurs de s'affronter en duel.
Cette même année, probablement pour marquer l'évènement, SEGA change de logo et opte pour un design plus original, proche de la forme définitive qu'on connaît aujourd'hui. Un logo qui mettra cependant un peu de temps à s'imposer(i)...

Pong-Tron (moniteur 17")

Pong-Tron : Juillet 1973
Pong-Tron II : Novembre 1973

Second logo
  Pong-Tron est le tout premier jeu vidéo sorti au Japon. Il est suivi de très près par l'équivalent de Taito, sorti la même année sous le nom de Elepong !

1978 - Le jeu Space Invaders, produit par le Japonais Taito, principal concurrent de SEGA, est un succès planétaire.
Pour se renforcer, notamment sur le territoire américain, SEGA acquiert une toute jeune société américaine fondée en 1973, Gremlin Industries (à ne pas confondre avec Gremlin Interactive).

1979 - Sega Enterprises fait l'acquisition d'un de ses plus gros clients, Esco Trading. Rosen nomme alors son ami Hayao Nakayama, ex-Président d'Esco Trading, comme Vice-Président au sein de SEGA.

Hayao Nakayama

Logo d'Esco Trading
La société Esco Trading a continué d'exister après ce rachat, et a même produit quelques jeux au début des années 1980.

De l'association Sega/Gremlin, naitrons plusieurs jeux d'arcade entre la fin des années 1970 et le début des années 1980, qui rencontreront un certains succès, et qui seront pour certains adaptés sur les premières consoles de salon, telles que la CBS ColecoVision ou l'Atari 2006, et même en jeux électroniques !
Parmi les titres notables, on peut citer Frogger (1981), Turbo (1981), Zaxxon (1982), un shoot'em up révolutionnaire en 3D isométrique, ou encore Congo Bongo (1983).

Zaxxon Zaxxon

Zaxxon, de gauche à droite, en arcade, sur CBS ColecoVision, et en jeu électronique

 

Turbo était vendu en bundle avec le volant ColecoVision,
qui montrait même la borne d'arcade sur son emballage !

 

Pages: 1·

1 commentaire

Commentaire de: ele82 [Membre]  
ele82

Excellent article très instructif ! Je m’en suis beaucoup servi pour mon site sur l’histoire du jeu vidéo, dont le lien est ci-dessus. Si le nom est un peu bizarre, c’est parce que je l’ai créé dans le cadre d’une formation d’infographiste/webdesigner. Ne t’inquiète pas, j’ai cité ma source !
Au fait, quelles sources as-tu utilisées pour l’écrire ? Désolée, je suis curieuse de savoir !
Bonne continuation pour ton excellent site !

13.06.2017 @ 11:10

Factoïd

Le jeu Rez tire son nom d'un des plus fameux titres du groupe de musique électronique britannique Underworld.

Articles

Septembre 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

  Flux XML

Nombre de visites sur ce site depuis le 01/02/2004